×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter

Infrastructures: InfraCo Africa pose ses bagages à Casablanca

Par Franck FAGNON | Edition N°:5880 Le 09/11/2020 | Partager
La filiale du groupe multilatéral PIDG y pilotera ses activités en Afrique centrale et occidentale
Jusqu’à 40 millions de dollars par an dans le développement des projets
«Drainer plus de ressources vers l’amont changerait beaucoup de choses pour le continent», estime Gilles Vaes

En 2020 encore, des millions d’africains n’ont accès à l’électricité que quelques heures par jour. Selon la Banque africaine de développement, le taux d’accès à l’électricité sur le continent se limite à 40%, soit le plus faible au monde. Sur les 130 à 170 milliards de dollars d’investissements nécessaires chaque année pour développer les infrastructures, l’Afrique ne parvient à mobiliser, dans le meilleur des cas, que la moitié de ses besoins.

infraco-africa-080.jpg

Parmi les projets financés par InfraCo Africa figure la centrale solaire de Khoumagueli en Guinée Conakry. InfraCo Africa peut investir jusqu’à 40 millions de dollars par an dans le développement de projets dans les secteurs d’infrastructures en général et dans les secteurs énergie, eau, transport, mobilité électrique, logistique et logement social (Source: DR)

Malgré les progrès réalisés, les experts relèvent encore de nombreuses insuffisances qui rebutent les investisseurs. Le contexte politico-administratif dans plusieurs pays n’est pas toujours un gage de sécurité. Par ailleurs, le portefeuille de projets bancables est très limité.

«Le problème se situe au niveau de l’amont et il n’a pas été suffisamment traité au cours des dernières années. L’engagement dans la phase de développement est insuffisant», analyse Gilles Vaes, directeur général de InfraCo Africa. L’investissement dans la phase développement représente entre 5 à 10% du coût d’un projet.

«Drainer plus de ressources vers cette étape cruciale changerait beaucoup de choses pour le continent», estime t-il. Un certain nombre de structures dont InfraCo Africa se mobilisent pour structurer l’amont afin de favoriser l’émergence d’un plus grand nombre de projets bancables.

Membre du groupe multilatéral PIDG (3,6 milliards de dollars engagés dans des projets d’infrastructures et 33,2 milliards de dollars mobilisés auprès des investisseurs privés et des institutions financières de développement depuis 2002) et financé par les gouvernements du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de la Suisse, InfraCo Africa peut investir jusqu’à 40 millions de dollars par an dans le développement de projets dans les secteurs d’infrastructures en général et dans les secteurs énergie, eau, transport, mobilité électrique, logistique et logement social. «Notre rôle est de dérisquer ces projets et de leur permettre de se déployer», note Nabil Saimi, directeur du développement à InfraCo Africa.

                                                                       

Plateforme

Opérationnel depuis 2004, la structure a accompagné treize projets jusqu’à leur clôture financière, dont plusieurs sont en phase de construction et/ou d’exploitation et est impliqué dans treize autres en cours de développement. Après Nairobi, elle a érigé un bureau régional à Casablanca Finance City pour piloter ses activités dans la région Afrique de l’Ouest et Centrale. «Nous sommes convaincus que c’est la plateforme idoine pour développer nos activités dans cette région», indique Gilles Vaes. S’il n’exclut pas des opérations dans des pays matures comme le Maroc, le mandat principal d’InfraCo Africa est de contribuer à réduire le déficit en infrastructures dans les pays où le manque est significatif. Il a déjà investi dans des projets au Cameroun, Gambie, Guinée, Libéria, Sénégal, Sierra Léone et au Tchad en Afrique centrale et occidentale. Ce sont aussi des territoires où le besoin d’expertise de développement, de structuration et de financement est colossal. «Nous avons la capacité d’accompagner les développeurs jusqu’à concurrence de 50% des capitaux nécessaires», relève Nabil Saimi.

F.Fa

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite