×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter

Tanger Tech: Aeolon, premier investisseur

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5886 Le 17/11/2020 | Partager
Le spécialiste chinois des pales d’éolienne lancera une usine pour 1,3 milliard de DH
La première installation du groupe en dehors de la Chine
Il côtoiera Siemens Gamesa arrivé en 2017

Un premier hôte de marque pour la cité Tanger Tech. Il s’agit de Shanghai Aeolon Wind Energy Technology Development, plus connu sous le nom d’Aeolon. Son arrivée a été annoncée lors de la signature de l’accord de l’entrée du Chinois CRBC (China Road And Bridge Corporation, filiale du géant chinois China Communications Construction Company, CCCC), dans le tour de table de Tanger Tech, le 3 novembre dernier.

tanger-tech-086.jpg

Aeolon installera une usine de pales d’éoliennes à Tanger Tech à l’image de Siemens Gamesa en 2017 (Ph. Adam)

Aeolon compte investir 140 millions de dollars US (environ 1,3 milliard de DH) avec à la clé, la création de 2000 postes d’emploi dans une usine de fabrication de pales d’éolienne. Le projet tangérois est la première installation du géant chinois en dehors de la Chine continentale. Aeolon fournit les principaux fabricants d’éoliennes dans le monde en pales d’éoliennes.

Aeolon a été fondée en 2007. Elle dispose de plusieurs centres de production à Shanghai, Inner Mongolia, Gansu, Hebei et Jiangsu. Les travaux pour la construction de la 2e phase de l’usine basée dans cette province de l’est chinois ont été lancés en juillet dernier pour un investissement global de près de 700 millions de dollars US (soit environ 6,4 milliards de DH).

Selon un communiqué de la firme chinoise, le boom des énergies renouvelables a contraint les 16 lignes de production de la première phase à marcher à plein rythme et accéléré le lancement de la deuxième phase.
C’est d’ailleurs dans la même logique que s’inscrit le projet d’installation à Tanger. Avec la proximité immédiate du port Tanger Med et de ses installations, partie intégrante du projet, le futur site de l’usine d’Aeolon pourra livrer les principaux pays européens et ceux de l’Afrique en pales d’éoliennes. Les principaux avantages sont une réduction des temps de livraison et une nette baisse des coûts de transport en plus de la disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée. 

C’est dans le même esprit qu’est née l’usine de pales d’éoliennes de Siemens Gamesa à la Tangier Automobile City, TAC, à quelques encablures de Tanger Tech. L’usine, la première du genre en Afrique, avait été inaugurée en octobre 2017 et dont la première pale a été exportée en décembre de la même année.

L’usine de Tanger est le fruit d’un investissement de 1,1 milliard de DH, destiné à alimenter les projets lancés par Siemens Gamesa au Maroc et aussi pour l’export.
A rappeler que le projet de la cité Tanger Tech avait connu quelques retards dus à la tiédeur de l’un des promoteurs initiaux, le chinois Haite. Ce n’est qu’avec l’arrivée de CCCC et de sa filiale CRBC que les choses ont commencé à changer et à s’accélérer.

                                                              

Focus sur l’éolien

eolien-086.jpg

Le boom de l’énergie éolienne promet du travail pour les deux usines de pales dont disposera le Maroc. En 2019, la capacité totale installée en énergie éolienne dans le monde a atteint les 651 gigawatts, en progression de 10% par rapport à la période précédente, selon le Conseil mondial de l’Energie Eolienne. En 2019, 60 Gigawatts ont été installés et il est prévu que la même tendance se poursuive en 2020 malgré les risques liés à la pandémie de coronavirus.
Cette croissance s’explique principalement par le développement de parcs éoliens en mer couplés avec un boom des projets terrestres aux États-Unis et en Chine. Ensemble, ces deux pays représentent près de deux tiers de la croissance mondiale du secteur de l’éolien.

Ali ABJIOU

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite