×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/lecotest/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/lecotest/public_html/includes/unicode.inc).

Belkheir Hammouti: Parmi les champions internationaux de la production scientifique

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5989 Le 14/04/2021 | Partager
Plus de 700 publications dont 672 indexées, et 10 brevets d’invention
Des solutions multipliant la durée de vie des métaux en milieu acide par 10, voire 30
belkheir-hammouti-089.jpg

Sur les 186.014 chercheurs recensés par Stanford University dans le domaine de l’énergie, Hammouti Belkheir est classé 883e (Ph. BH)

La recherche, c’est toute sa vie. Belkheir Hammouti, chimiste/électro-chimiste, enseignant-chercheur à la faculté des sciences d’Oujda, passe le plus clair de son temps dans son laboratoire ou devant son ordinateur. Ce natif de l’Oriental, et plus précisément d’Angad, «made in Morocco» comme il se plaît à se définir, fait partie des chercheurs les plus prolixes au Maroc, et les plus impactants au monde.

Il a récemment été classé parmi le top 2% mondial de chercheurs en sciences, selon Stanford University. «J’ai dédié ma vie à la recherche et au service de mes étudiants», livre Hammouti qui a encadré une centaine de doctorats.   

A ce jour, le chimiste compte plus de 700 publications scientifiques, dont 672 indexées. Une prouesse, surtout avec des moyens souvent modestes. Depuis qu’il a rejoint la faculté des sciences d’Oujda en 1991, après une thèse de 3e cycle à l’ENS de Rabat, il ne s’est plus arrêté.

En 2006, au top de sa productivité, il a reçu le prix Elsevier-Scopus de l’auteur marocain le plus publiant entre 2000 et 2005. D’autres distinctions suivront, comme le prix arabe de la chimie en 2013, décerné par l’Union des chimistes arabes, et une décoration royale en 2015.

Belkheir Hammouti a notamment travaillé sur la protection des métaux contre la corrosion en milieu marin ou acide. Le chercheur a, par exemple, mis au point un inhibiteur permettant de préserver l’acier en contact avec de l’acide phosphorique. «La durée de vie des canalisations et des réservoirs contenant l’acide phosphorique peut ainsi être multipliée par 10, voire par 20 ou 30, en fonction de leur utilisation», revendique le chimiste, qui possède 10 brevets d’invention. Toutefois, aucun brevet n’est encore rentable.

«Il n’y a malheureusement pas d’application parce que nous ne possédons pas un vrai tissu industriel», regrette-t-il. Hammouti a en outre conçu, avec ses équipes, des capteurs permettant de mesurer en temps réel l’acidité dans les réservoirs d’acide phosphorique. Un projet inédit, selon l’électro-chimiste.

Aujourd’hui, Belkheir Hammouti se consacre plus à ses revues. Depuis 2006, il s’est promis de créer des revues scientifiques marocaines. Actuellement, il en compte une dizaine, gérées en partenariat avec plusieurs universités publiques. «J’ai eu l’honneur d’avoir la première revue marocaine indexée Scopus: Journal of materials and environmental science», précise-t-il fièrement.
Reçu en 2009 par l’Académie Hassan II des sciences et techniques, il a été invité à soumettre son CV pour en devenir membre. Depuis, il n’a reçu aucune réponse.

Ahlam NAZIH

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite