×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter

Enactus forme les jeunes à l’entrepreneuriat multiculturel

Par Karim Agoumi | Edition N°:5996 Le 23/04/2021 | Partager
L’ONG lance la seconde édition de l’Entrepreneurial exchange
La compétition soutenue financièrement par l’initiative Stevens

Encourager les jeunes à entreprendre aux côtés de partenaires de nationalités et d’horizons différents pour enrichir leur expérience socio-professionnelle. C’est l’essence même du programme Enactus Entrepreneurial exchange, dont la seconde édition sera lancée d’ici quelques jours par l’ONG Enactus Morocco et son homologue américain. Une initiative qui se déroulera cette année à nouveau sous format virtuel et qui permettra de challenger ses participants tout en élargissant autant que possible leurs champs de savoir-faire.

Le programme d’échanges online, qui sera lancé dès le mois prochain et bénéficiera d’une subvention significative de l’Initiative américaine Stevens, profitera à pas moins de 834 jeunes provenant des Etats-Unis, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, dont près de la moitié sont des étudiants marocains. Objectif? Initier et former ces derniers à la démarche entrepreneuriale tout en leur permettant de collaborer avec des participants de cultures différentes. Un moyen pour les candidats de développer des compétences clés pour leur avenir professionnel telles que la communication, l’empathie, l’écoute active ou encore la résolution de problèmes.

«L’échange virtuel offre aux jeunes une occasion unique de développer ces compétences essentielles sans quitter leur communauté, les préparant ainsi à leur future carrière», souligne sur ce point l’ambassadrice du Maroc aux Etats-Unis d’Amérique la Princesse Lalla Joumala. Autre but visé et non des moindres, contribuer à élargir l’inclusion économique et valoriser les échanges interculturels en cette période sensible de pandémie.

«Alors que nous sortons de la pandémie, ce type de collaboration est plus critique que jamais, en particulier parmi les jeunes leaders qui définissent la manière dont les économies locales se relancent», confie la présidente d’Enactus Rachael Jarosh. Cette nouvelle édition inclura dans un premier temps des cours théoriques ainsi que plusieurs ateliers au sein desquels des formateurs prodigueront virtuellement des conseils pour mener à terme un projet d’entrepreneuriat social et acquérir ainsi les bases du métier. D’autres séances de travail apprendront quant à elles aux participants les ficelles de la collaboration transnationale. Mais le programme fera aussi la part belle à la compétition interculturelle.

En effet, plusieurs équipes interuniversitaires et mixtes seront formées dès les premières semaines et s’affronteront lors d’un concours de pitch devant un panel de dirigeants et de chefs d’entreprises de renom. «Les jeunes seront amenés à porter des réflexions sur leurs problématiques locales afin de développer des solutions susceptibles d’y remédier tout en répondant aux objectifs de développement durable (ODD)», confie avec enthousiasme la directrice exécutive d’Enactus Maroc Maha Ech-Chefaa. Les trois meilleurs projets bénéficieront d’un fonds d’amorçage conséquent ainsi que de la remise de certificats d’entrepreneuriat mondiaux

Une manifestation dont la première édition s’était soldée par un franc succès. En 2020, le même programme avait en effet desservi pas moins d’une centaine de jeunes qui ont pu progresser dans ce domaine mais, également, donner naissance à près d’une dizaine de startups innovantes.

Les autres projets dans le pipe

L’initiative américaine Stevens a d’ores et déjà permis de financer pas moins de 83 subventions - celle-ci inclut – et impactera plus de 75.000 jeunes au sein de 17 pays de la région Mena et sur les territoires palestiniens. Parmi les programmes bénéficiaires les plus percutants notamment, Qisasna d’Amideast consistant en la production de podcasts par des étudiants américains et yéménites pour discuter de problèmes mondiaux et d’opportunités de carrière stratégiques ou, encore, l’échange pour l’autonomisation des filles résilientes Mena-USA de Global Ties U.S.A. visant à développer des compétences de résilience émotionnelle auprès des jeunes filles entre 15 et 19 ans appartenant à ces deux régions.

Karim AGOUMI

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite