×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/lecotest/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/lecotest/public_html/includes/unicode.inc).

ESCA: «La crise nous a fait gagner des années d’apprentissage!»

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:6003 Le 04/05/2021 | Partager
thami-ghorfi-003.jpg

«Les entreprises ont besoin de talents capables d’innover, et maîtrisant les technologies pour décider et agir», relève Thami Ghorfi, PDG d’Esca Ecole de management (Ph. F. Alnasser)

Pour Thami Ghorfi, président de l’ESCA Ecole de Management, la pandémie a permis de gagner en quelques mois des années d’apprentissage. «Une nouvelle dynamique, prônant l’agilité, l’organisation flexible et le renforcement de la formation des professeurs, s’est installée», souligne-t-il. En effet, de nouvelles compétences et approches pédagogiques émergent. Des nouveautés que la business school intègre à ses programmes. L’école prévoit, en outre, d’introduire le modèle bachelor à la prochaine rentrée.

- L’Economiste: Vous faites partie des business schools qui ont décidé d’introduire le modèle bachelor dès septembre prochain. Qu’est ce qui a motivé votre choix?
- Thami Ghorfi:
Nous avons pris la décision d’adopter le modèle Bachelor dès la prochaine rentrée universitaire pour enrichir notre offre de programmes, car nous y voyons une opportunité pour renforcer l’internationalité de l’ESCA. En plus du programme Grande Ecole et des masters, le Bachelor en 4 ans répond aux normes internationales, particulièrement nord-américaines et asiatiques, ce qui représente une belle opportunité pour favoriser l’expérience internationale de nos étudiants. En effet, ils auront la possibilité d’accéder à plusieurs échanges à l’international durant leurs parcours.

- Justement, quel a été l’effet de la crise pandémique sur les flux d’étudiants étrangers?
- Nous avons décidé de maintenir la mobilité entrante tout en veillant au respect des règles sanitaires liées à l'épidémiologie, afin d’assurer la sécurité de notre communauté. Contrairement aux années précédentes, nous avons accueilli un effectif réduit d’étudiants internationaux ayant réussi à obtenir les autorisations nécessaires. Nous avons reçu évidemment des étudiants des pays d’Afrique, mais aussi d’Europe et d’Amérique (Mexique et Canada).

- Hormis ce volet, quel a été l’impact de la crise sur votre établissement?
- La crise pandémique a engendré des difficultés auxquelles nous avons dû nous adapter. Nous avons gagné des années d’apprentissage en quelques mois. Une nouvelle dynamique s’est installée. Elle prône l’agilité, l’organisation flexible et le renforcement de la formation des professeurs. L’innovation pédagogique s’est ainsi placée au cœur de nos activités afin d’accompagner nos étudiants dans leur réussite et leur accomplissement.

- Comment vous êtes-vous adaptés au contexte de la pandémie?
- Pour répondre aux défis de la crise sanitaire avec agilité, et assurer la continuité pédagogique, nous avons repensé l’organisation de notre activité. En effet, depuis l’été dernier, nous dispensons les cours en blended-learning. Ce nouveau mode d’enseignement a été adopté pour répondre à un double enjeu: permettre à l’ensemble de nos étudiants de bénéficier d’une flexibilité totale dans l’accès à la connaissance, et de progresser individuellement, tout en bénéficiant d’une dynamique collective. Dans cette même lancée, et avec l’objectif de maintenir la force de l’internationalité de l’école, nous avons déployé un dispositif international «ESCA Coil System» qui a permis d’assurer la continuité de nos activités internationales. Nos étudiants ont ainsi travaillé à distance en interaction avec leurs homologues de business schools partenaires dans le monde, dans le cadre de workshops et e-conférences. L’enjeu est de continuer à développer chez nos apprenants la «Perspective Globale».

- Quid de la formation continue?
- Cette année, nous avons renforcé l’offre de formation continue, avec une refonte de certains programmes, notamment, les certificats destinés aux cadres et dirigeants d’entreprises. Des programmes courts, pertinents et adaptés aux enjeux actuels et futurs ont été mis au point. Ils sont spécialement conçus pour accompagner les évolutions des organisations, et servir l’innovation dans chaque métier. J’en citerai l’Innovation Multidimensionnelle et Agile, le Design Management, le HR Business Partner…

- Quelles compétences recherchent les recruteurs pour performer dans un monde post Covid?
-  Nous avons identifié 7 compétences clés dans le profil d’envergure internationale d’un diplômé de l’ESCA. Certaines de ces compétences sont aujourd’hui plus qu’essentielles pour les entreprises. Il s’agit de la résolution de problèmes (problem solving), la compréhension du monde (global perspective) et de la capacité d’innovation. Les entreprises recherchent des compétences pour gérer les complexités auxquelles elles font face. Il s’agit donc de renforcer des capacités de résolution de problèmes et de gestion de la complexité. Les organisations ont aussi besoin de talents capables d’innover. Elles s’attendent, en outre, à ce que ces jeunes talents qui les rejoignent, maîtrisent l’usage des technologies pour décider et agir.

Propos recueillis par Tilila EL GHOUARI  

                                                                      

Un campus pour une nouvelle ère

esca-campus-003.jpg

Cela fait quelques années que le Campus urbain de l’ESCA est en préparation. Aujourd’hui, le projet prend forme. «Nous sommes heureux d’annoncer que le nouveau Campus accueillera la communauté ESCA à la prochaine rentrée universitaire», se réjouit Thami Ghorfi, patron de la business school. Erigé sur une superficie de près de 16.500 m² au sein de la place financière Casa Finance City, le campus offre un réel espace de vie. «Il répond aux normes actuelles les plus avancées, à l’instar des meilleurs campus dans le monde. Tout est mis en place pour servir l’épanouissement et l’accomplissement de nos étudiants, à travers de nombreux services, notamment des espaces individuels et collectifs de travail, d’innovation et d’incubation, d’exposition, ainsi que des espaces pour s’adonner aux activités ludiques et sportives», indique Ghorfi. «La prochaine rentrée amorce une nouvelle ère pour l’Esca. Nos étudiants vont vivre dans de nouveaux espaces modernes. Ils bénéficieront de cet environnement exceptionnel au cœur de Casa Anfa, avec un grand parc de loisirs, un futur mall, et surtout des centaines d’entreprises de rang mondial tout autour», poursuit-il.

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite