×
+ L'ÉDITO
Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021
Pass

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’...

+ Lire la suite...
+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter
node/1078469

Marhaba: Le Roi facilite la tâche aux MRE!

Par L'Economiste | Edition N°:6040 Le 25/06/2021 | Partager
marhaba-040.jpg

La demande émanant du souverain d’accueillir les Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans les meilleures conditions et aux meilleurs prix a suscité beaucoup d’intérêt auprès de nos lecteurs. Leurs réactions prises à chaud… (cf. notre article du 13/06/021)

■ Test Covid 48 heures: Mission impossible!
Cette opération me semble particulièrement bien pensée. Néanmoins, il reste un problème de taille à résoudre. Je parle bien évidemment de la nécessité de présenter un test Covid négatif de moins de 48 heures. Une démarche parfois impossible à réaliser pour bon nombre de MRE résidant loin de la France et contraints de prendre le bateau à Sète. Pourquoi ne pas fixer une limite temporelle de 72 heures à la place? Ce serait plus pratique!

N.J.

■ Injuste!
C’est injuste que les MRE profitent de prix considérablement revus à la baisse et que nous autres – Marocains vivant au Maroc – ne puissions pas en bénéficier… Pourtant, la conjoncture au niveau national est loin d’être au meilleur de sa forme! Comptons-nous pour du beurre?!

A.L.

■ Autorisation de quitter le territoire: Les enfants des MRE exonérés!
Les enfants qui arrivent de l’étranger sont les bienvenus, tandis que nos enfants risquent, selon nos décideurs, de contaminer le reste du monde. Une belle leçon d’altruisme de leur part, mais une injustice et une incompréhension pour la mienne. Est-il justifiable de demander à un bébé ou à un enfant de moins de 17 ans une autorisation exceptionnelle de quitter le territoire pour pouvoir voyager avec ses parents? Je me demande s’ils exigeront aux enfants des MRE – à leur sortie du territoire marocain – une autorisation exceptionnelle?! Certainement pas… Les citoyens d’un seul et même pays sont donc traités différemment suivant leur pays de résidence actuel! Dans ce cas, il serait préférable d’intégrer une classification sur nos passeports pour distinguer les citoyens A et B! J’imagine deux familles marocaines attendant dans la même file au comptoir d’enregistrement pour pouvoir quitter le territoire marocain. Pour la première famille – des MRE de retour de voyage – les enfants passent sans problème. Mais pour l’autre famille – au départ d’un voyage touristique à l’étranger – celle-ci se voit refuser l’embarquement faute d’absence de ladite autorisation. Y-a-t-il discrimination plus évidente que celle-ci? Ceci est d’autant plus grave et illogique que les enfants, selon l’OMS, sont peu actifs dans la chaîne de transmission du Coronavirus. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ne sont pas concernés par la campagne de vaccination! Jusqu’à quand va-t-on continuer à endurer les retombées de décisions prises à la dernière minute dans la précipitation, sans vision ni consentement des professionnels du secteur?

Abdelali EL BRAHMI
Agent de voyage

                                                                                   

Stade du FUS de Rabat: Démolition à l’horizon!

Depuis son lancement il y a plus de deux semaines, le chantier au niveau du stade du FUS de Rabat a suscité le mécontentement de bon nombre de Marocains. Face à ces travaux aux allures de démolition, plusieurs de nos lecteurs crient au scandale… (Cf. notre article du 11/06/021)  

■ Une construction mythique
Si ce chantier se veut une démarche de rénovation, je l’approuve sans problème. Mais si cela implique la démolition, ce serait comme rayer de la carte un bâtiment faisant partie de l’histoire même du Fus d’antan! Personne ne l’approuverait…

S.A.

■ Autorisation nécessaire!
À ma connaissance, toute démolition nécessite une autorisation en bonne et due forme au préalable. Le bureau d'études ainsi que l'entreprise des travaux le savent pertinemment!

M.O.

                                                                                   

Et d’autres réactions

■ Affaire Soulaiman Raissouni: Un autre Charles de Foucauld est parmi nous!
En marge de l’audience judiciaire tenue le 22 juin 2021 à la cour d’appel de Casablanca dans le cadre de l’affaire de droit commun dans laquelle le détenu Soulaiman Raissouni est poursuivi pour viol et séquestration, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières (RSF), a tenu publiquement des propos au sujet desquels il faut noter quelques observations. Les déclarations de l’intéressé sont sous-tendues par l’arrière-pensée ou le parti pris qui laisse comprendre que le détenu concerné est incarcéré pour des motifs autres que l’accusation de viol et de séquestration pour laquelle il est poursuivi en justice. Raison pour quoi il a ignoré complètement les droits de l’autre partie dans cette affaire et s’est réuni avec des personnes appartenant à un clan connu pour son scepticisme et son nihilisme. Il a affiché une attitude méprisante à l’égard du système de justice marocain en requalifiant indirectement l’affaire en question en termes de violation de la liberté de la presse, insinuant par là même qu’au Maroc la justice est instrumentalisée et la liberté d’expression et de presse bafouée. Dans son attitude de donneur de leçons et de colon civilisateur, l’intéressé semble avoir perdu de vue que le Royaume du Maroc est un Etat souverain doté d’une autorité judiciaire dont l’autonomie est constitutionnellement garantie. Il aurait dû se départir de sa partialité et se demander pourquoi il a pris la peine de venir au Maroc pour défendre deux journalistes impliqués dans des affaires de mœurs et de ne pas répondre à des personnes comme Radi Leili, Mostapha Adib et Zakaria Moumni qui bénéficient de temps d’antenne dans les médias français pour tenir des propos par lesquels ils cherchent à présenter le Royaume sous un jour sombre. L’intéressé se permet en tant que secrétaire général de RSF de donner des leçons morales au Royaume en matière de libertés et de droits de l’homme, alors même qu’il sait pertinemment que cette organisation au passé si peu glorieux a besoin elle-même d’un lifting moral.
Mohamed Salah TAMEK
 Patriote marocain

■ PJD ou pas, quelle différence?

Je n'ai aucune sympathie pour le PJD et je n’ai jamais voté pour ce parti. Mais j’ai bien envie de voter pour lui, rien que pour embêter les anti-PJD! Souvenez-vous du «G7» de Mezouar. Il s’agissait de sept partis politiques unis autour d’un seul et même programme qui visait à stopper net la progression du PJD! Une menace allant à l’encontre de la vie privée des Marocains ainsi que toutes pensées moralisatrices vous dites? Soyons sérieux. A quel moment le président du PAM a-t-il pris parti ouvertement pour l’avortement? Autre exemple, pensez-vous que l’Istiqlal est pour la légalisation des rapports sexuels hors mariage? Le PJD n’a pris aux Marocains aucune liberté qu’on ne leur avait déjà prise! Alors franchement, que ce soit lui ou bien les autres, quelle différence? 

S.S.

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite