×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter

Tourisme israélien: Après El Al et Israir, Arkia programme Marrakech

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:6060 Le 27/07/2021 | Partager
Quatre dessertes hebdomadaires pour la cité ocre
Plus de 250 passagers pour deux premiers vols opérés le 25 juillet
Satisfecit des professionnels locaux pour ce marché prometteur

Bonne nouvelle pour le tourisme dans la région de Marrakech-Safi. Le marché israélien est fortement intéressé par la destination et s’implique aussi dans l’aérien. A voir le nombre de dessertes reliant Israël à Marrakech, ce marché émetteur devrait aider à booster le secteur. La ville ocre a d’ailleurs reçu ses premiers voyageurs en provenance d’Israël dimanche dernier.

vol-israel-060.jpg

Un water salute pour le premier vol opéré par la compagnie Israir à son arrivée sur le tarmac de Marrakech. La compagnie programme deux vols hebdomadaires à partir de Tel-Aviv (Ph. ONDA)

En effet, les compagnies israéliennes El Al  (compagnie régulière) et Israir ont opéré leur vol inaugural le 25 juillet, reliant l’aéroport de Tel-Aviv à celui de Marrakech/Ménara. Israir va desservir Marrakech avec deux vols hebdomadaires et, à compter du 10 août, El Al opérera également trois rotations hebdomadaires vers l’aéroport de Casablanca Mohammed V. Un mémorandum d’entente a ainsi été signé entre l’ONMT et la compagnie aérienne porte-drapeau El Al, définissant le cadre de la promotion de la destination Maroc en marketing conjoint. De son côté,  la compagnie Arkia prévoit son 1er vol le 3 août prochain et programme plusieurs dessertes en septembre.

Les professionnels locaux du tourisme s’en réjouissent car le marché est prometteur, même si l’évolution dépend de la maîtrise de la situation pandémique. «Nous connaissons parfaitement le marché israélien et ses besoins et nous sommes tout à fait prêts pour son développement dans ses différents segments», indique Mustapha Amalik, hôtelier de Marrakech et président de la commission tourisme durable au CRT de Marrakech-Safi.

vo-marrakechl-israel-060.jpg

La compagnie El Al a affecté un Dreamliner 787-900 au vol inaugural opéré  le 25 juillet de Tel-Aviv vers Marrakech (Ph. ONDA)

Depuis l’annonce de la normalisation des relations entre les deux pays, les professionnels marocains et israéliens du tourisme affûtent leurs armes pour capter les flux de voyageurs. Les toutes premières prévisions tablent sur un volume de 200.000 visiteurs israéliens sur les différents segments: tourisme familial ou religieux, tourisme de loisirs, voyage d’affaires et Mice. Un chiffre amené à croître avec la multiplication des liaisons aériennes entre les deux pays.

«Les contacts commerciaux établis par l’ONMT et les compagnies israéliennes vont permettre de consolider une importante capacité de sièges en provenance de ce nouveau marché», prévoit le management de l’Office. A noter aussi  que ces ouvertures aériennes stimulent l’appétence non seulement auprès de la communauté d’origine marocaine établie en Israël (une population estimée à 1 million de personnes), mais aussi les touristes de confession juive résidant un peu partout dans le monde: aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en France, en Belgique, en Australie… Du côté du Maroc, il existe quelque 5.000 familles de confession juive qui souhaitent effectuer des voyages réguliers (aller-retour) vers Israël.

touristes-israel-060.jpg

Les deux premiers vols en provenance d’Israël sont arrivés dimanche dernier et à leur bord, plus de 250 voyageurs accueillis en grande pompe à l’aéroport de Marrakech/Ménara (Ph. ONDA)

Parmi les villes les plus prisées par les touristes de confession juive, figurent Marrakech, Essaouira, Taroudant, Tinghir… «Nos traditions, notre musique, notre cuisine… sont encore là pour témoigner de notre patrimoine commun, bien au-delà des frontières du Maroc ou d’Israël… D’ailleurs, les visites de nos hôtes israéliens d’origine marocaine ne se sont jamais interrompues»,  argumente Az-Zeddine Skalli, président du Moroccan Travel Management Club DMC (cf.leconomiste  n°5946 du  12 février 2021).

En effet, et bien avant la Covid, chaque année, quelque 30.000 Juifs se rendaient au Maroc, essentiellement pour le recueillement et les rituels. Marrakech et Essaouira accueillaient de très nombreux pèlerins, venus d’un peu partout dans le monde pour les fêtes du judaïsme.

                                                                         

Culture judéo-marocaine

C’est en groupe que se déplacent majoritairement les touristes israéliens pour les fêtes religieuses ou encore la Pessah avec des besoins spécifiques, culinaires notamment. Les hôteliers de Marrakech et Essaouira et des restaurateurs en sont conscients et préparés. Du côté des guides et de la société civile,  des formations à l’hébreu ont démarré dès l’annonce de la normalisation des relations Maroc-Israël. Une trentaine de guides de Marrakech ont bénéficié de ces formations à la langue ainsi qu’aux différents aspects de la culture judéo-marocaine et juive. Avec l’accompagnement de ces guides bénéficiaires de ces formations, les touristes juifs peuvent effectuer des visites guidées aux différents lieux de culte, de sanctuaires, de quartiers, de cimetières.

Badra BERRISSOULE

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite