×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter

Rabat: Prochaines élections, un sérieux défi pour le PJD

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:6077 Le 24/08/2021 | Partager
Il devrait assurer une élection confortable de son SG qui se présente au niveau de la circonscription Rabat-Océan
Et également préserver la présidence de la mairie et celle de la région
nabil-benabdallah-2-77.jpg

Les prochaines élections législatives seront marquées par une rude concurrence particulièrement au niveau de la circonscription Rabat-Océan. Celle-ci va connaître la confrontation entre le chef du gouvernement sortant, Saad Eddine El Otmani, avec Nabil Benabdellah, SG du PPS (Ph. Bziouat)

Pour les prochaines échéances électorales au niveau de Rabat, on constate le retour des mêmes figures dont plusieurs se présentent sous une nouvelle étiquette politique. Ces élections vont certainement constituer un sérieux défi notamment pour le PJD pour conserver sa performance réalisée lors des échéances précédentes.

Une performance qui lui a permis de se positionner à la tête de la mairie des grandes villes de la région: Rabat, Salé, Témara et Kénitra. Et également diriger la région et la majorité des arrondissements de la capitale. Un autre défi de taille est également posé au PJD au niveau de la ville de Rabat. Il s’agit de la candidature du SG de l’organisation, Saad Eddine El Otmani, qui va conduire la liste de la lampe au niveau de la circonscription législative Rabat-Océan comprenant 4 sièges en compétition.

Le parti islamiste devrait mobiliser toutes ses équipes pour assurer une réussite confortable du chef du gouvernement sortant en préservant ainsi le score réalisé en 2016 à savoir 2 sièges. Une tâche qui ne semble pas facile eu égard du calibre des candidats présentés par les autres partis politiques au niveau de cette circonscription. Après hésitation, Nabil Benabdellah, SG du PPS, a décidé de se présenter au niveau de cette circonscription.

Parmi les autres candidats concurrents, on cite le jeune Mahdi Bensaid, membre actif du bureau politique du PAM et Abdelilah Idrissi Bouzidi, membre du bureau exécutif du parti de l’Istiqlal. L’absence d’Omar Balafrej lors de ces élections va rendre la tâche difficile pour la FGD pour conserver le siège obtenu en 2016. La compétition sera aussi rude pour décrocher l’un des 3 sièges de la seconde circonscription législative Rabat- Chellah où Mohamed Tahiri va conduire la liste du PJD.

Parmi ses concurrents, on trouve de jeunes candidats comme Alae-Eddine Bahraoui, fils de l’ex-maire de la capitale, Omar Bahroui, qui va se présenter sous l’étiquette du RNI. Il y a également le fils de Driss Lachgar qui va diriger la liste de l’USFP au niveau de cette circonscription. Tandis que celles du PAM et du MP seront conduites respectivement par Adib Benbrahim et Abderhmane Boulhoud.

Pour les élections des conseils régionaux, Abdessamad Sekkal, ne peut pas rempiler à la tête de la présidence de la région, car il figure parmi les membres du PJD dont les noms ont été radiés des listes électorales. Le PJD compte sur Reda Benkhaldoun, ex-ambassadeur, qui va conduire la liste du parti au niveau de la préfecture de Rabat. Parmi ses concurrents à la présidence de la région figure Saad Ben M’barek, coordinateur régional du RNI.

                                                               

Chambres professionnelles, le jeu des alliances

Les élections de la présidence et les instances des chambres professionnelles au niveau de la région de Rabat ont été marquées par le jeu des alliances dont la composition change en fonction des résultats obtenus ainsi que les compromis entre les partis politiques. Ainsi, le RNI a pu remporter facilement la présidence de la chambre d’agriculture et celle de l’artisanat. Par contre le jeu des alliances a rencontré des difficultés au niveau de la chambre du commerce, d’industrie et des services où le PI est classé en tête avec 19 sièges sur un total de 117. Faute de quorum, l’assemblée générale de la CCIS n’a pas pu se réunir, il y a une semaine, pour l’élection de ses instances. Cet échec revient à l’exclusion du PI et le MP d’une alliance regroupant 5 partis politiques: RNI, MP, PAM, MDS et l’USFP. Ces derniers sont en faveur d’accorder la présidence au parti de la rose. Après une semaine, on va se trouver avec une nouvelle alliance composée seulement de 4 partis: PI, RNI, USFP et MP. Ces derniers ont publié, dimanche dernier, un communiqué à travers lequel ils confirment leur accord de confier la présidence de la CCIS de la région de Rabat à l’USFP. Un choix qui devrait être entériné lors de la deuxième réunion de l’assemblée générale de la chambre prévue hier lundi.
Signalons par ailleurs la régression frappante du PJD lors de ces élections avec à peine 3 sièges sur un total de 263 sièges pour les trois chambres.

Noureddine EL AISSI

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite

Retrouvez dans la même rubrique