×
Pass
Pass Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’entrée en vigueur, controversée, du dispositif mérite, il est vrai, moult... + Lire la suite...


+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/lecotest/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/lecotest/public_html/includes/unicode.inc).

Face à la crise, l’hôtellerie de luxe fait le dos rond

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:6084 Le 02/09/2021 | Partager
hicham-najdi-084.jpg

Hicham Najdi, DG du Banyan Tree Tamouda Bay (Ph. Privée)

Après une période sinistrée, certains hôteliers ont affiché complet durant cette saison estivale. Pour y parvenir, ils ont dû se réinventer, imaginer comment rentabiliser leurs espaces autrement et attirer une clientèle locale. «Nous nous sommes adaptés au changement tout en gardant immuables nos standards de qualité. Nous avons sensibilisé nos équipes à l’économie de l’énergie et à la minimisation des coûts», précise Hicham Najdi, DG du Banyan Tree Tamouda Bay. Entretien.

- L’Economiste: L’hôtellerie a été frappée de plein fouet par la crise. Comment résistez-vous?
- Hicham Najdi:
Le secteur dans son ensemble (segment low cost, moyen standing et premium confondus) a été profondément touché, surtout durant les 5 premiers mois de la pandémie. Une reprise s’est dessinée à partir de fin juillet 2020. Elle a pris fin en septembre 2020, quand le Maroc a connu une deuxième vague, ce qui a extrêmement impacté notre activité. Cette année, grâce à la campagne de vaccination, nous avons pu débuter notre saison estivale un peu plus tôt (vers la fin du mois de mai). Elle est certes freinée par la situation épidémiologique que nous traversons actuellement, toutefois, nous demeurons optimistes et enthousiastes. Nous croyons fermement en l’impact positif à moyen et long terme de la campagne de vaccination.

- Quel a été l'impact de la crise sur vos effectifs?
-  Le centre d’intérêt de la chaîne Banyan Tree, qui est aussi celui du groupe Madaef, est le capital humain. Le licenciement n’a jamais représenté une option pour nous. Notre priorité a été de minimiser les charges au maximum afin de réussir à survivre à cette crise sans précédent.
Nous avons sensibilisé nos équipes à l’économie de l’énergie et à la minimisation des coûts. Nous avons, par exemple, remarqué que chaque villa nécessite 6 heures de climatisation pour atteindre 24 °C. Cela est dû à la densité lumineuse de l'air chaud, qui reste confiné dans le couple central.
Notre équipe a décidé d'ouvrir un espace dans le toit où l'air peut s'écouler, réduisant ainsi le temps de chauffe de l'unité de 6 heures à 25 minutes de fonctionnement, et ça nous a permis d'économiser 53 KWh par villa et par jour.

-  Le segment du luxe semble mieux traverser la conjoncture. A quoi imputez-vous cette résilience?
-  Nous nous sommes adaptés au changement tout en gardant immuables nos standards en termes de qualité. Notre portefeuille de clients est resté très fidèle à notre hôtel et à nos services. Cette année encore, nos clients nous sont restés fidèles et nous avons continué à répondre à leurs demandes, tout en leur offrant de nouveaux types de services et des expériences d’hébergement encore plus abouties, le tout dans le strict respect des mesures sanitaires.
 
-  Quels changements la crise a-t-elle induits sur le comportement et les habitudes de votre clientèle?
-  Nous constatons aujourd’hui que les clients ont pris conscience de l’importance de préserver leur santé. Ils sont très vigilants quant au respect des mesures sanitaires tout au long de leur séjour. Le fait que nous mettions à leur disposition des villas privatives et que nous disposions de restaurants spacieux, les rend infiniment plus rassurés. Ils se sont aussi rendus compte qu’ils ne sont pas obligés de voyager à l’étranger pour pouvoir accéder à un certain niveau de standards et de services.

Propos recueillis par Tilila EL GHOUARI

                                                                    

Les nouveautés du Banyan Tree

LE Banyan Tree Tamouda Bay, l’enseigne de luxe de l’hôtellerie thaïlandaise a récemment ouvert le restaurant NUR orchestré par la cheffe internationale Najat Kaanache. L’hôtel a également inauguré sur son rooftop le «Caviar & Champagne Bar» de la maison Lianozoff Riviera ainsi qu’un nouveau Chiringuito, «Le Baga».

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite

Retrouvez dans la même rubrique