×
+ L'ÉDITO
Par Dr Mohamed BENABID
Le 22/10/2021
Pass

Le pass vaccinal s’invite dans quelques jours pour un débat qui s’annonce chaud au Parlement. L’...

+ Lire la suite...
+ DE BONNES SOURCES
E-commerce: 14,9 millions d'opérations à fin septembre Par Fatim-Zahra TOHRY
Le 22/10/2021

Les sites marchands et sites des facturiers affiliés au CMI ont réalisé 14,9 millions d'...

+ de Bonnes Sources...
Recevoir notre newsletter
node/1082771

Transferts des MRE: Une manne au soutien de la reprise

Par Franck FAGNON | Edition N°:6119 Le 22/10/2021 | Partager
170 milliards de DH en 2021 et 2022 selon les prévisions de Bank Al-Maghrib
Une commission regroupant BAM, ministère des Finances, DGI, Office des changes et GPBM pour décrypter le phénomène
Le dynamisme des transferts en partie derrière le rebond de la consommation des ménages

Après huit mois, les transferts des MRE culminent à 64 milliards au-dessus de la moyenne annuelle des dix années précédant la crise du Covid (60,5 milliards de DH). Les envois des Marocains de la diaspora ont été épargnés par les aléas conjoncturels, les montants transférés ayant augmenté de 5% à 68 milliards de DH en 2020.

envoie-marocains-019.jpg

Les envois des Marocains de la diaspora ont été épargnés par les aléas conjoncturels, les montants transférés ayant augmenté de 5% à 68 milliards de DH en 2020. Ils vont atteindre un record de 87 milliards de DH en 2021 puis  83 milliards de DH en 2022, prévoit Bank Al-Maghrib qui cherche encore à comprendre ces montants en rupture avec l’historique

Ils vont atteindre un record de 87 milliards de DH sur l’ensemble de l’année 2021 et 83 milliards de DH en 2022, prévoit la banque centrale qui cherche encore à comprendre ces montants en rupture par rapport à l’historique. Une commission composée de Bank Al-Maghrib, du ministère des Finances, de la Direction générale des impôts, de l’Office des changes et du GPBM tentera de décrypter cette recrudescence des transferts des MRE dans une conjoncture difficile.

Une première explication tient aux programmes d’aides et aux plans de relance déployés en Europe, région qui accueille le plus grand contingent de MRE, qui ont permis de limiter les pertes de revenus des ménages. Ceci est confirmé dans le Baromètre du groupe BCP dédié aux Marocains du Monde. Ils y déclarent avoir été modérément affectés financièrement par la crise sanitaire, même si certains d’entre eux ont plus été touchés que d’autres selon la politique de soutien du pays de résidence.

En 2020, les transferts en provenance de France, Italie et Espagne ont augmenté de 6,6% à 36,8 milliards de DH alors que ceux émanant des MRE résidant au Moyen-Orient (Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Qatar et Koweït ) ont reculé de 2,8% à 11 milliards de DH. Les Marocains installés en Amérique du Nord, eux, ont envoyé 4,6 milliards de DH, un montant en hausse de 3,6%. Par ailleurs, «en raison des difficultés de voyager et des restrictions sanitaires, beaucoup de Marocains de la diaspora ont transformé une partie de leur budget de voyage en transferts», explique la banque.

La solidarité familiale ne peut, à elle seule, expliquer cette envolée des transferts des Marocains de la diaspora. En revanche, son dynamisme constitue l’un des moteurs de la reprise de la consommation des ménages et plus généralement de l’économie, en plus de l’amélioration des revenus des ménages ruraux sous l’effet de la bonne campagne agricole. Sur les six premiers mois de l’année, les dépenses de consommation ont atteint 305 milliards de DH en hausse de 8% par rapport à la même période en 2020 et 4% comparé à 2019.

En dehors du soutien socioéconomique des proches restés au Maroc, les Marocains de la diaspora jouent un rôle important dans la dynamisation de nombreux secteurs d’activité. Traditionnellement, les MRE investissent dans l’immobilier mais beaucoup d’entre eux interviennent dans l’agriculture, l’industrie et les services.

F.Fa

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite