×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Agenda

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5973 Le 23/03/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Le système bachelor continue de nourrir des attentes et des inquiétudes. S’il s’agit d’expérimenter un nouveau découpage du cycle universitaire, après la formule LMD déployée depuis 2003, il convient surtout d’en capter l’esprit.

La réforme pose des challenges intéressants en ce sens qu’elle vise à rapprocher l’enseignement supérieur un peu plus de l’objectif de l’employabilité des diplômés, de la compétitivité des universités marocaines et de la lisibilité des formations au niveau international. Cette focale sur des considérations de montée en qualité semble une évidence compte tenu de l’importance stratégique de l’enseignement.

A ce titre, il faut donc se garder de la vider des doutes de ceux qui s’inscrivent simplement dans une opposition dogmatique. D’ailleurs plusieurs établissements se félicitent de l’esprit du projet et certains, à l’instar des universités privées ou Al Akhawayn, pourraient y nager comme des poissons dans l’eau au vu de modèles proches des nouveaux cahiers des charges.

Bien entendu, pour institutionnaliser une réforme, il faut au préalable que l’ensemble des acteurs se l’approprient de manière à ce que ses retombées se répercutent sur le système d’enseignement en entier. Il faut aussi tenir compte des forces et des pressions qui existent dans cet environnement.

Peu importe que le changement souhaité, ou ses motivations, soit justifié ou pas, et il l’est incontestablement, ces forces et pressions peuvent conduire à des résistances, voire au statu quo. Et en droite ligne de la perspective sociologique des organisations, les interactions ne manquent pas dans un secteur de démarches collaboratives par essence, mais aussi de compromis, de négociations difficiles et où le poids des syndicats a souvent eu son mot à dire.

C’est ce qui ressort au vu des retours de terrain, la transposition du projet en l’état actuel des choses ayant peu de chances de faire émerger, en tout cas pas partout et pas rapidement, les ambitions attendues. Si une vigilance s’impose, ce sera donc sur l’agenda de réalisation.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc