×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Couverture

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5983 Le 06/04/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

L'immobilier, un des secteurs qui ne rassure pas beaucoup sur sa capacité à rebondir. Et qui se retrouve encore une fois au cœur des préoccupations légitimes du régulateur bancaire.

En donnant corps aux engagements, pris depuis un moment, de renforcer la pondération sur les risques immobiliers, mesures qui se traduiront par de nouvelles exigences de liquidité, BAM cherche à mieux maîtriser la situation.

Non pas qu’il s’agisse d’un essai exploratoire. Compte tenu du risque systémique qu’il a toujours charrié, l’immobilier a été une priorité des politiques macro-prudentielles de ces dernières années. Cela ne pouvait pas en être autrement. Les années folles de l’industrie du logement ont laissé quelques casseroles avec une forte exposition chez certains opérateurs.

La hausse des exigences de reporting que la banque centrale impose aux acteurs fait partie des efforts de serrage des vis. Si la supervision n’y était pas absente, une nouvelle impulsion était nécessaire. En dépit des vertus protectrices des échafaudages Bâle II et Bâle III, les autorités continuent de garder un œil sur les sous-déclarations de risque.

Même si la plupart des banques ne peuvent être prises en défaut sur la qualité de leurs systèmes de monitoring du marché immobilier et/ou de menaces de bulles, elles sont en revanche incitées à mettre plus de fonds propres en face de ces crédits pour ne pas se retrouver en déficits de couverture.

Si le principe est acté, les autorités de régulation semblent soucieuses de la forme, pour ne pas induire des biais de comportements qui pourraient être préjudiciables à la fois pour la santé financière des banques et pour la reprise économique. Une manière de mieux appréhender l’avenir en quelque sorte.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc